Home » évènement

Soutenance de thèse de Cyrine SELMA (équipes PSI et NAOMOD)

Cyrine Selma, doctorante au sein des équipes PSI et NAOMOD, soutiendra sa thèse intitulée « Résolution d’un problème industriel de type pick & place d’un centre de tri postal » / « Solving an industrial pick & place problem of a postal sorting center »

mardi 13 juillet 2021.

Jury :
– Directeur de thèse : Olivier CARDIN Maître de Conférences-HDR, IUT de Nantes, Université de Nantes
– Rapporteurs : Samir LAMOURI Professeur, Arts & Métiers ParisTech, Paris, Cyril BRIAND Professeur, Université de Toulouse 3 Paul Sabatier, Toulouse- – Autres membres : Hind BRIL Professeur, ENSTIB, Epinal ; Nasser MEBARKI Maître de Conférences-HDR, IUT de Nantes, Université de Nantes ; Dalila TAMZALIT Maître de Conférences-HDR, IUT de Nantes, Université de Nantes
– Invités : Didier THIERIOT Ingénieur, Groupe La Poste ; Loïc BRUGGEMAN Ingénieur, Groupe La Poste

Résumé : Les problèmes de type Pick&Place (PAP)sont très étudiés dans la littérature, mais, à notre connaissance, très peu de travaux étudient les systèmes de PAP dans un contexte industriel. L’objectif de cette thèse est la résolution d’un problème industriel de type PAP au sein d’un centre de tri postal, où des bacs remplis de courrier arrivent dynamiquement et dans un ordre inconnu, et où des opérateurs placent ces bacs dans des chariots en fonction de leur destination. Compte tenu de la diversité importante des destinations journalières, un équilibre doit être trouvé en temps réel entre les flux traités par les humains et par le robot. Ce problème a été résolu en quatre phases. En premier lieu, des modèles à base de connaissance ont été proposés à partir de l’expérience de l’opérateur logistique. Le résultat de l’application de ces modèles sur une simulation du système réel est considéré comme une borne inférieure de la performance du système. En second lieu, un modèle mathématique du système a été établi, le relâchement de plusieurs contraintes permettant de traiter le problème comme un problème d’ordonnancement classique. Les résultats de cet ordonnancement, inapplicables sur le terrain, nous ont permis d’établir une borne supérieure de la performance du système. Une troisième étape a été de proposer un modèle heuristique, à base de règles dynamiques, évalué en simulation. Enfin, un modèle multi-agents, intégrant ces règles de décisions, a été développé afin de valider l’applicabilité d’un tel système de pilotage sur le système réel.

Mots-clés : Pick&Place, Modèle multi-agent, Robotique,Heuristique, Simulation, Recherche opérationnelle
——————————————————————————————————————————————————————————————————————-
Abstract: Pick&Place (PAP) problems are widely studied in the literature, but,to the best of our knowledge, very few works study PAP systems in an industrial context. The objective of this thesis is to solve an industrial PAP problem in a postal sorting center, where containers filled with mail arrive dynamically and in an unknown order, and where operators place these containers in carts according to their destination. Given the large diversity of daily destinations, a balance must be found in real time between the flows processed by humans and by the robot. This problem was solved in four phases. First, knowledge-based models were proposed based on the experience of the logistics operator. The result of applying these models on a simulation of the real system is considered as a lower bound of the system performance. Second, a mathematical model of the system has been established, with the release of several constraints allowing to treat the problem as a classical scheduling problem. The results of this scheduling, which cannot be applied in the real system, allowed us to establish an upper bound on the performance of the system. A third step was to propose a heuristic model, based on dynamic rules, evaluated in simulation. Finally, a multi-agent model, integrating these decision rules, was developed in order to validate the applicability of such a control system on the real system.

Keywords: Pick&Place, Modèle multi-agent, Robotique,Heuristique, Simulation, Recherche opérationnelle

Soutenance de thèse d’Imad BERROUYNE (équipe NaoMod)

Imad Berrouyne, doctorant en cotutelle France Canada au sein de l’équipe NaoMod, soutiendra sa thèse intitulée « Une méthodologie fondée sur les modèles pour unifier l’ingénierie logicielle dans l’Internet des objets« / « A Model-Driven Methodology to Unify Software Engineering in the Internet of Things »

jeudi 4 févier 2021 à 15h (heure française), à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Canada. La soutenance sera retransmise en streaming.

Jury :

  •  Directeur de thèse : Jean-Claude ROYER (Professeur, IMT-A)
  • Co-directeur : Massimo TISI (MCF, IMT-A)
  • Co-encadrant : Jean-Marie MOTTU (MCF, Université de Nantes)
  • Rapporteurs : Davide DI RUSCIO (MCF, University of L’Aquila, Italie) ; Yann-Gaël GUEHENEUC (Professeur, Concordia Université, Canada)
  • Autres membres : Mehdi ADDA (Professeur, Université du Québec à Rimouski) ; Abdenour BOUZOUANE (Professeur, Université du Québec à Chicoutimi) ; Luigi LOGRIPPO (Professeur, Université du Québec en Outaouais)

Résumé : L’Internet des objets (ldO) vise à connecter tout objet, partout, en tout temps (AAA). Cette hypothèse entraîne de nombreux défis en matière de génie logiciel. Ces défis constituent un sérieux obstacle à son adoption à grande échelle. L’une des principales caractéristiques de l’ldO est la généricité, c’est-à-dire permettre aux objets de se connecter de manière transparente, quelles que soient leurs technologies.
L’ingénierie Dirigée par les Modèles (IDM) est un paradigme qui préconise l’utilisation de modèles pour résoudre les problèmes de génie logiciel. L’IDM pourrait aider à répondre au besoin de généricité de l’ldO du point de vue du génie logiciel. Les approches d’IDM existantes se focalisent essentiellement sur la modélisation du comportement des objets. Peu d’attention a été accordée à la modélisation liée au réseau.
La présente thèse présente une méthodologie pour l’ldO basée sur l’IDM. Fondamentalement, elle fournit une solution pour créer des réseaux intelligents d’objets. Le principe que nous utilisons consiste à contourner l’hétérogénéité intrinsèque de l’ldO en séparant la spécification du réseau, c’est-à-dire les objets, le schéma de communication et les contraintes, de son implémentation concrète, c’est-à-dire les artefacts logiciels de bas niveau (par exemple, le code source). Techniquement, la méthodologie repose sur un langage dédié basé sur les modèles pour la spécification du réseau et une procédure pour la génération du code des artefacts de bas niveau à partir de cette spécification. L’adoption de cette méthodologie rend l’ingénierie logicielle des applications ldO plus rigoureuse, permet de prévenir les bogues plus tôt et de gagner du temps.

Mots-clés : Internet des objets, génie logiciel,ingénierie dirigée par les modèles, transformation des modèles, mise en œuvre des politiques, génération de code


Abstract: The Internet of Things (IoT) aims for connecting Anything, Anywhere, Anytime (AAA). This assumption brings about a good deal of software engineering challenges. These challenges constitute a serious obstacle to its wider adoption. A main feature of the Internet of Things (IoT) is genericity, i.e., enabling things to connect seamlessly regardless of their technologies. Model-Driven Engineering (MDE) is a paradigm that advocates using models to address software engineering problems. MDE could help to meet the genericity of the IoT from a software engineering perspective. In that sense, the IoT could be a requirement provider on the one hand and MDE its solution provider on the other. Existing MDE approaches focus on modeling the behavior of things. But, little attention has been paid to network-related modeling.
The present thesis presents a methodology for the IoT based on MDE. Fundamentally, it provides a solution to create smart networks of things. The principle we use consists of avoiding the intrinsic heterogeneity of the IoT by separating the specication of the network, i.e., the things, the communication scheme and the constraints, from their concrete implementation, i.e., the low-level artifacts (e.g., source code). Technically, the methodology relies on a model-based Domain-Specic Language (DSL) and a code generator. The former enables the specication of the network, and the latter provides a procedure to generate the low-level artifacts from this specication. The adoption of this methodology makes software engineering of IoT applications more rigorous, helps prevent bugs earlier and saves time.

Keywords: Internet of Things, Software Engineering, Model-Driven Engineering, Model Transformation, Policy Enforcement, Code Generation

Soutenance de thèse Thibault BEZIERS DE LA FOSSE (équipe NaoMod)

Thibault Béziers de La Fosse, doctorant au sein de l’équipe NaoMod, soutiendra sa thèse intitulée « Méthodes dirigées par les modèles pour l’analyse dynamique appliquées à l’ingénierie de logiciels verts » / « Model-driven Methods for Dynamic Analysis applied to Energy-Aware Software Engineering »

vendredi 29 janvier 2021 à 14h30, dans la salle immersive sur le site FST. La thèse sera retransmise en direct sur https://meet.jit.si/soutenanceThibaultBLF

Jury :
– Directeur de thèse : Gerson Sunyé – Associate Professor, HDR, Université de Nantes
– Co-directeur de thèse : Massimo Tisi – Associate Professor, IMT Atlantique
– Co-encadrant de thèse : Jérôme Rocheteau – Associate Professor, ICAM Nantes
– Rapporteurs : Ana Cavalli – Professor, Télécom Sud Paris ; Romain Rouvoy – Professor, University of Lille
– Examinateurs : Antoine Beugnard – Professor, IMT Atlantique ; Sébastien Mosser – Professor, Université du Québec à Montréal ; Gustavo Pinto – Associate Professor, Federal University of Pará
– Invité : Jean-Marie Mottu – Associate Professor, Université de Nantes

Résumé : L’ingénierie dirigée par les modèles est un processus de développement qui centralise l’utilisation de modèles à toutes les étapes de la création d’applications. Lors de la phase de conception d’une application, il est commun d’analyser son modèle afin de vérifier sa conformité. L’analyse statistique de modèle est courante, cependant le manque d’informations dynamiques dans les modèles freine la détection d’anomalies tôt dans le cycle de développement. La détection d’anomalies de consommation énergétique tôt dans le cycle de développement est importante, et nécessite d’analyser dynamiquement le modèle. Cette thèse présente deux approches permettant l’analyse dynamiques de modèles. Une première contribution injectes des traces d’exécution au sein de modèles de code source, et une seconde contribution génère une application de surveillance de système cyber-physique, à partir de son modèle de conception. Plusieurs analyses dynamiques sont effectués en se reposant sur ces approches, notamment dans le cadre de l’efficacité énergétique et de l’optimisation des tests de non régression.

Mots-clés : Ingénierie dirigée par les modèles; analyse dynamique; estimation énergétique; systèmes cyber-physiques


Abstract: Model-Driven Engineering (MDE) is a process that promotes models as the central key element for all phases in a software development lifecycle. Improving the quality of a software at design time can be done by performing analysis on the model it is designed with. Performing static analysis on models is extremely common during development phases, however the limited possibilities of dynamic analysis in models prevents early improvements of software and system. This lack of dynamic analysis options is especially important in the context of energy aware software engineering: good design choices must be done early in the development cycle to optimize the energy consumption. In this thesis we propose several approaches for performing dynamic analysis on models. A first contribution injects execution traces into source code model, and a second one generates monitoring application of cyber-physical system based on design model. Several dynamic analysis use-cases for energy-efficiency are presented: either for energy estimation or to lighten the cost of regression testing.

Keywords: Model-Driven Engineering; dynamic analysis; energy estimation; cyber-physical systems; regression test selection

Soutenance d’HDR de Dalila TAMZALIT (équipe NaoMod)

Dalila Tamzalit, maître de conférences au sein de l’équipe NaoMod, soutiendra son Habilitation à diriger des recherches intitulée « Vers une Ingénierie de l’Évolution Logicielle : une approche architecturale – Verrous, contributions et perspectives » / « Towards Engineering of Software Evolution : an architectural approach – issues, contributions and perspectives »

vendredi 26 juin 2020 à 14h en visio.

Le manuscrit est consultable sur le cloud.

Jury :
   – Président du jury : Claude Jard
   – Rapporteurs : Yamine Aït-Ameur (Professeur, IRIT / INPT-ENSEEIHT Toulouse), Marianne Huchard (Professeure, LIRMM / Université Montpellier), Houari Sahraoui (Professeur, Dpt d’informatique et recherche opérationnelle / Université de Montréal)
   – Membres : Mireille Blay-Fornarino (Professeure, I3S / Université de Nice), Xavier Blanc (Professeur, LaBRI / Université de Bordeaux),  Mourad Oussalah (Professeur, LS2N / Université de Nantes), Yves Caseau (Group chief information officer / Michelein Clermont-Ferrand)

Résumé :
Les travaux de recherche, présentés dans le cadre de mon projet d’Habilitation à diriger des Recherches, s’inscrivent dans la problématique générale de l’évolution des Architectures Logicielles. Il est à souligner que le terme évolution s’entend au sens large : migration, adaptation, refactoring, rétro-conception, réingénierie, restructuration, maintenance, traçabilité… Chacun de ces travaux est présenté selon son contexte, les verrous scientifiques qu’il traite, les principales contributions ainsi que sa validation et sa valorisation au travers de publications. Il est à noter qu’ils suivent un même fil conducteur, celui de prôner une Ingénierie de l’évolution des architectures logicielles, en termes de fondements, modèles et méthodologies. Ainsi, mes travaux de recherche s’articulent autour de la spécification et la formalisation : (i) des architectures logicielles évolutives et (ii) des architectures de l’évolution logicielle. La principale ligne directrice est d’identifier et de cerner les caractéristiques intrinsèques de systèmes logiciels afin de spécifier et gérer leur évolution indépendamment de leur fonctionnement. Pour y arriver, le principe clé adopté est celui de la séparation stricte des préoccupations de l’évolution des autres préoccupations. Il est couplé à une approche par abstraction (métamodèles et méthodologies). En couplant ce principe et cette approche, il a été ainsi possible de réifier différentes préoccupations liées à l’évolution sous forme de concepts statiques (modèles) et dynamiques (processus) à un haut niveau d’abstraction, permettant une représentativité aux niveaux stratégiques de décision, tout en offrant une assistance aux architectes. Ces travaux ont concerné différents paradigmes d’architectures logicielles : depuis l’objet durant ma thèse, aux composants en passant par la SOA et en considérant les styles architecturaux SaaS mutualisé et micro-services. Ces travaux ont été menés au travers d’encadrement et de co-encadrement doctoral de 9 thèses et 11 Master2, ainsi que des collaborations avec des confrères français, européens, internationaux et avec des entreprises.
Les travaux présentés ne sont qu’une partie de mes travaux de recherche, ceux portant sur et pour les problématiques d’évolution des architectures logicielles à base de composants et autour de la notion de service (SOA), notamment les styles architecturaux SaaS mutualisé et micro-services. La raison est double : ces travaux constituent l’essentiel de mes activités de recherche et mes projets futurs s’inscrivent dans leur continuité. De 2002 à 2010, ils ont porté sur les architectures logicielles à base de composants au travers de leurs langages de description, les ADLs (Architecture Description Languages). Les principales contributions ont été de proposer (1) un modèle générique pour l’évolution structurelle d’architectures logicielles, (2) un modèle de capitalisation de savoir-faire d’évolutions architecturales, (3) une approche d’extraction d’architectures logicielles à partir de systèmes objets patrimoniaux ainsi que (4) des patrons d’évolution architecturale. De 2010 à aujourd’hui, mes travaux ont porté sur les architectures logicielles autour de la notion de service (SOA, SaaS, micro-services). Les principales contributions ont été de proposer (5) un modèle d’externalisation de la gestion de la variabilité d’applications SaaS mutualisées, (6) une approche SOA de restructuration et d’adaptation de workflows d’entreprise ainsi que (7) la migration de systèmes monolithes vers des architectures micro-services.
Enfin, différentes perspectives explicitent mon projet scientifique intitulé « vers une industrialisation de l’évolution logicielle » afin de prendre en compte le contexte des nouvelles générations d’architectures logicielles. L’objectif est de tendre vers des systèmes logiciels durables dans le temps, en augmentant leur espérance de vie, idéalement de manière continue. J’attache également à ce projet des pistes qui me paraissent d’importance : la formation universitaire et les collaborations avec le monde socio-économique.

Mots-clés : Architectures Logicielles, Évolution Logicielle, Migration, Adaptation, Réification et Réutilisation des connaissances d’évolution, Styles et Patrons d’Évolution, Architectures Orientées Services (SOA), SaaS mutualisé, Variabilité, Externalisation, Micro-Services.


Abstract:
The research work, presented in the context of my Habilitation à diriger des Recherches (HdR), is part of the general field of Software Architectures evolution. The term evolution is considered in a broad sense: migration, adaptation, refactoring, reverse engineering, reengineering, restructuring, maintenance, traceability… Each of these research works is presented according to its context, the addressed scientific issues, the main contributions as well as its validation and valorisation through publications. They follow the same common idea: advocating an Engineering of software architecture evolution, in terms of foundations, models and methodologies. Thus, my research work is based on the specification and formalisation of: (i) evolving software architectures and (ii) software architectures for evolution. The main guideline is to identify and define the intrinsic features of software systems in order to specify and manage their evolution independently of their operation. To achieve this, the key principle adopted is the strict separation of evolution concerns from other concerns. It is coupled with an abstraction approach (metamodels and methodologies). By coupling this principle and this approach, it has thus been possible to reify different concerns related to evolution in the form of static (models) and dynamic (processes) concepts at a high level of abstraction, allowing representativeness at strategic levels of decision making, while offering assistance to architects. This work has concerned different paradigms of software architectures: from the object during my PhD, to components, then through SOA and considering the SaaS multitenant and micro-services architectural styles. These research works were made possible and have been carried out through the supervision and co-supervision of 9 PhD and 11 Master2 students, as well as collaborations with French, European and international colleagues and also with companies.
The presented works are only a part of my research work, those dealing with and for the evolution of component-based software architectures and around the notion of service (SOA), in particular the SaaS multitenant and micro-services architectural styles. The reason is twofold: these works represent the main part of my research activities and my future projects are in line with them. From 2002 to 2010, they focused on component-based software architectures through their description languages, the ADLs (Architecture Description Languages). The main contributions have been to propose (1) a generic model for the structural evolution of software architectures, (2) a model for capitalising know-how of architectural evolutions, (3) an approach for extracting software architectures from legacy object systems and (4) architectural evolution patterns. From 2010 to today, my work has focused on software architectures around the notion of service (SOA, SaaS, micro-services). The main contributions have been to propose (5) an outsourcing model for managing the variability of SaaS multitenant applications, (6) an SOA approach for restructuring and adapting business workflows and (7) the migration of monolithic systems to micro-services architectures.
Finally, different perspectives outline my scientific project entitled « Towards an industrialization of software evolution » in order to take into account the context of new generations of software architectures. The objective is to move towards software systems that are sustainable over time, by increasing their life expectancy, ideally in a continuous manner. I also attach importance to this project in terms of university training and collaboration with the socio-economic world.

Keywords: Software Architectures, Software Evolution, Migration, Adaptation, Reification and Reuse of Evolution Knowledge, Evolution Styles and Patterns, Service Oriented Architectures (SOA), Shared SaaS, Variability, Outsourcing, Micro-Services.

Technoférence du pôle Images et Réseaux : « Voyage dans le Xaas, au-delà du nuage »

Cette technoférence #32, initialement prévue en mars 2020, sera proposée en visioconférence via GoToMeeting, mardi 9 juin de 9h à 12h30.

Merci de vous inscrire au préalable pour recevoir le lien de connexion : https://www.images-et-reseaux.com/agenda/technoference-32-xaas-saas-iaas-paas-naas/

SaaS, IaaS, PaaS…, cette 32e technoférence sera l’occasion d’explorer l’univers des XaaS en voyageant à travers les différents modèles et couches du cloud computing « as a service ».
Avec toujours un temps d’avance, cette matinée-débat réunira les acteurs du numérique et acteurs économiques au croisement des filières, dans l’objectif de nouer de nouvelles collaborations en R&D.
Elle s’appuiera sur les retours d’expériences d’industriels et de chercheurs académiques experts dans la cloudification de l’hébergement de données, de la distribution de contenus et des télécoms.

2 enseignants-chercheurs du labo interviendront au cours de la matinée :

  • Dalila Tamzalit (équipe NaoMod) : « Les Xaas, enjeux et tendances »
  • Thomas Ledoux (équipe STACK) : « Nuages brumeux : vers une coordination Cloud-Fog »

Technoférence N°32 : “Voyage dans le Xaas, au-delà du nuage”

La prochaine Prochaine technoférence du pôle « Images et réseaux » aura lieu au bâtiment 34 du laboratoire sur le site FST,

jeudi 19 mars 2020 de 9h à 12h.

Elle s’intitule : « Voyage dans le Xaas au-delà du nuage »

Infos et inscription.

Programme :
I. Introduction : Les Xaas, enjeux et tendances
Par Dalila Tamzalit (équipe NaoMod) et Nicolas Jullien (IMT-A)
II. Quelles infrastructures pour un cloud optimisé ?
Par Yohan Bourd, (Bretagne Télécom), Olivier Dehoux (IMT-A), Bérenger Cadoret (Stratosfair)
III. Saas / Naas : comment passer à un environnement applicatif partagé ?
a. Cas d’usage de la distribution de contenus
Par Cédric Thienot (Enensys Technologies group CSO) et Equipe VAADER/INSA Rennes – IETR (sous réserve)
b. Cas d’usage des infrastructures réseaux ?
Par Veronica Quintuna-Rodriguez (Orange Labs) et Thomas Ledoux (équipe Stack)

Soutenance de thèse de Hugo BRUNELIERE (équipe NaoMod)

Hugo Brunelière, ingénieur de recherche IMT-A, soutiendra sa thèse (passée en VAE) intitulée « Generic Model-based Approaches for Software Reverse Engineering and Comprehension »

jeudi 20 décembre 2018 à 15h00, dans l’amphithéatre Georges Besse de l’IMT Atlantique.

La soutenance aura lieu en langue anglaise.

Jury : Richard Paige, Professeur – University of York, York, United Kingdom (rapporteur) ;Benoit Baudry, Professeur – KTH Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden (rapporteur) ; Jordi Cabot, Professeur – ICREA & Open University of Catalonia, Barcelona, Spain (examinateur) ; Gerson Sunye, Maître de conférences HDR – Université de Nantes (référent) ; Mme. Corinne Miral, Maître de conférences HDR – Université de Nantes (examinateur)

Abstract :
Nowadays, companies face more and more the problem of managing, maintaining, evolving or replacing their existing software systems. Reverse Engineering is the required phase of obtaining various representations of these systems to provide a better comprehension of their purposes / states. Model Driven Engineering (MDE) is a Software Engineering paradigm relying on intensive model creation, manipulation and use within design, development, deployment, integration, maintenance and evolution tasks. Model Driven Reverse Engineering (MDRE) has been proposed to enhance traditional Reverse Engineering approaches via the application of MDE. It aims at obtaining models from an existing system according to various aspects, and then possibly federating them via coherent views for further comprehension. However, existing solutions are limited as they quite often rely on case-specific integrations of different tools. Moreover, they can sometimes be (very) heterogeneous which may hinder their practical deployments. Generic and extensible solutions are still missing for MDRE to be combined with model view / federation capabilities. In this thesis, we propose to rely on two complementary, generic and extensible modelbased approaches and their Eclipse/EMF-based implementations in open source: (i) To facilitate the elaboration of MDRE solutions in many different contexts, by obtaining different kinds of models from existing systems (e.g. their source code, data). (ii) To specify, build and manipulate views federating different models (e.g. resulting from MDRE) according to comprehension objectives (e.g. for different stakeholders).

***********

Résumé :
De nos jours, les entreprises font souvent face à des problèmes de gestion, maintenance, évolution ou remplacement de leurs systèmes logiciel existants. La Rétro-Ingénierie est la phase requise d’obtention de diverses représentations de ces systèmes pour une meilleure compréhension de leurs buts / états. L’Ingénierie Dirigée par les Modèles (IDM) est un paradigme du Génie Logiciel reposant sur la création, manipulation et utilisation intensive de modèles dans les tâches de conception, développement, déploiement, intégration, maintenance et évolution. La Rétro-Ingénierie Dirigée par les Modèles (RIDM) a été proposée afin d’améliorer les approches de Rétro-Ingénierie traditionnelles. Elle vise à obtenir des modèles à partir d’un système existant, puis à les fédérer via des vues cohérentes pour une meilleure compréhension. Cependant, les solutions existantes sont limitées car étant souvent des intégrations spécifiques d’outils. Elles peuvent aussi être (très) hétérogènes, entravant ainsi leurs déploiements. Il manque donc de solutions pour que la RIDM puisse être combinée avec des capacités de vue / fédération de modèles. Dans cette thèse, nous proposons deux approches complémentaires, génériques et extensibles basées sur les modèles ainsi que leurs implémentations en open source basées sur Eclipse-EMF : (i) Pour faciliter l’élaboration de solutions de RIDM dans des contextes variés, en obtenant différents types de modèles à partir de systèmes existants (e.g. leurs codes source, données). (ii) Pour spécifier, construire et manipuler des vues fédérant différents modèles (e.g. résultant de la RIDM) selon des objectifs de compréhension (e.g. pour diverses parties prenantes).

 

Félicitations à Hugo Brunelière pour son Best Paper Award à la conférence MODELS 2018 !

Hugo Brunelière, ingénieur de recherche au sein de l’équipe NaoMod est lauréat d’un Springer SoSyM 2018 Best Paper Award de la conférence internationale MODELS 2018 pour son travail en collaboration avec le Karlsruhe Institute of Technology (KIT), l’Open University of Catalunya (UOC) / ICREA et la Technical University Of Vienna (TU Wien).
Plus de détails sur http://www.sosym.org/awards/
Copyright : LS2N 2017 - Mentions Légales - 
 -