Home » Archive by category "Actualités"

Retrouvez l’intervention de Damien Eveillard lors de la NBC 2021 : « Approches du vivant à l’ère numérique »

« Qu’il s’agisse de prédire le comportement du vivant pour en prendre le contrôle et établir des probabilités aussi fiables que possibles, ou de volontairement laisser entrer l’imprévisibilité du vivant dans les interactions homme-machine, artiste et chercheur ont un but commun : créer l’étincelle qui permettra de mieux approcher ce vivant, et de rentrer en communication avec lui.

Aux côtés de NSDOS, un artiste qui fait de ses performances musicales des sculptures sonores, et de Damien Eveillard, un bioinformaticien océanographe, plongez dans un univers peuplé d’insectes, de plancton, de bactéries connectées, de méduses, au rythme du mouvement des éléments naturels et de beats techno qui font du bien au corps et à la tête !« 

Retrouvez cette conversation croisée, enregistrée le 11/02/21 lors de la Nuit Blanche des Chercheurs 2021, sur la chaîne Youtube de l’Université de Nantes.

🏆 Un Emmy pour IPI !

Revenons sur un événement qui a fait la « une » de notre newsletter et qui est paru dans de nombreux médias : l’Université de Nantes a gagné un Emmy Award !
Quelles étaient les problématiques scientifiques qui nous ont menés à cette récompense ?

Citons d’abord quelques mots sur l’équipe. Il s’agit de travaux de recherche coordonnés par Patrick Le Callet, professeur des Universités au sein de l’équipe IPI, accompagné de :

  • Lukas Krasula, post-doctorant LS2N/IPI (ancien doctorant IRCCyN/IVC), et aujourd’hui chercheur chez Netflix,
  • Yoann Baveye, ingénieur de recherche Capacités,
  • Suiyi Ling, ingénieur de recherche Capacités (ancien doctorant LS2N/IPI)
  • et Jing Li, post-doctorante LS2N/IPI (ancienne doctorante IRCCyN/IVC)
    en collaboration étroite avec la cellule iXpel de Capacités.

Ces recherches font bien sûr écho aux activités menées dans l’équipe IPI – antérieurement IVC – depuis de nombreuses années, en interdisciplinarité et suivant les idées visionnaires de Dominique Barba, premier Professeur recruté à l’IRESTE (qui formera Polytech Nantes avec l’ISITEM et l’ESA IGELEC en 2000) et ex directeur-adjoint de l’IRCCyN, aux côtés de Jean-François Lafay.
La problématique générale est l’utilisation de tests subjectifs (évalués par des utilisateurs) réalisés sur des contenus multimédia (images fixes ou vidéo) pour optimiser des algorithmes de compression des images. Les algorithmes existants ont de nombreux paramètres ; la question est de choisir la meilleure configuration pour minimiser la quantité de données utilisée (à stocker ou à transporter) tout en maximisant la qualité d’expérience utilisateur.

Ce qui fait l’originalité des travaux récompensés ici, c’est l’utilisation de l’IA (principalement du deeplearning) pour booster les différentes étapes du processus :

Ce projet est aussi original par d’autres aspects. En grande partie financé via des fonds collectés par la Fondation de l’Université de Nantes, le projet est complètement orienté « open innovation » et a bénéficié de collaborations / échanges avec d’autres acteurs, universités américaines et géants du numérique, travaillant dans ce même cadre d’innovation ouverte. Les résultats sont tous directement disponibles en open source pour toutes les communautés. Ils ont bénéficié d’une tribune sur des démonstrateurs à très grande échelle, sur tous les continents, et ont de fait séduit et été adoptés par quasiment tous les ingénieurs travaillant dans le domaine de la diffusion multimédia.
Ce circuit court entre recherche – innovation jusqu’à faire partie de la boîte à outils de tous les ingénieurs du domaine est singulier.

Au-delà de leur aspect philanthropique, les travaux portent d’autres belles valeurs, adressant des objectifs de développement durable, notamment la réduction de l’empreinte carbone de la diffusion numérique, mais aussi de limitation de l’exclusion numérique en favorisant la diffusion des contenus culturels (et pas seulement ceux de Netflix) sur des infrastructures réseaux à débit limité.

Il reste encore beaucoup à faire, notamment pour les contenus générés / produits par le grand public, qui nécessitent de nouvelles recettes (respectueuses notamment de la confidentialité). Mais d’autres dons arrivent, donc à suivre !…

***************

NB : Retrouvez tous les articles et interviews dans la rubrique « revue de presse » de la LS2News.

L’Université de Nantes récompensée d’un Emmy® Award !

Et l’Emmy® Award est attribué à…. l’Université de Nantes !

« Très heureux et fier de vous annoncer que l’Université de Nantes est la 1ère université française à obtenir un Emmy® Award de la technologie et de l’ingénierie par l’Académie nationale américaine des arts et des sciences de la télévision (72ème édition de ce prix) pour sa collaboration avec Netflix par la NATAS !

C’est seulement la 2ème fois en 20 ans qu’une université est récompensée ! »

Patrick Le Callet (équipe IPI), la Fondation de l’Université, Capacités, ont été félicités pour une innovation ouverte (open innovation) fruit d’une collaboration exemplaire entre acteurs industriels et institutions académiques (3 universités, 2 américaines, et le LS2N).

« Nous sommes co-primés pour les outils « ouverts » pour optimiser la qualité perceptuelle de la compression vidéo. C’est en lien avec les choses que nous faisons notamment avec/grâce à Netflix dont vous avez sûrement déjà entendu parlé. » Patrick Le Callet

Patrick Le Callet est très heureux que soit mis ainsi en lumière une démarche d’open innovation, le continuum naturel de la science ouverte.

La cérémonie de remise des prix aura lieu en octobre 2021.

Félicitations à l’équipe ReV pour son best paper award lors de la conférence ICINCO !

Lors de la 17ème édition de la conférence ICINCO (International Conference on Informatics in Control, Automation and Robotics), Anne Kalouguine, Christine Chevallereau et Yannick Aoustin ont reçu le prix du best paper award. L’article récompensé est : « Definition of a Walking with starting and stopping motions for the Humanoid Romeo ».

Béatrice Daille (équipe TALN) est nommée membre d’honneur de la SIF en 2021 !

La Société informatique de France distingue chaque année des personnalités pour leur engagement dans la promotion de la discipline Informatique, que ce soit dans la société, l’enseignement, la recherche ou l’industrie.  Ces personnalités sont «Membres d’honneur » de la SIF.

Cette année 2021, quatre personnalités ont été nommées membres d’honneur dont Béatrice Daille, professeure des Universités et membre de l’équipe TALN. Retrouvez son portrait sur le site de la SIF.

Félicitations à elle pour cette distinction !

La cérémonie de nomination 2021 se déroulera le 2 février 2021, lors du congrès annuel de la SIF qui aura lieu en ligne.

[Replay] Conférence de Frédéric Boyer sur le sens électrique pour la Cité des Sciences et de l’Industrie

Dans le cadre de son cycle de conférences sur les robots en milieux extrêmes, la Cité des Sciences et de l’Industrie en partenariat avec le magazine « Pour la Science » a invité Frédéric Boyer, professeur au sein de l’équipe ReV, à s’exprimer en direct le 14 janvier 2021. Il a présenté les travaux de son équipe sur le sens électrique – un 6ème sens pour la robotique sous-marine, et en particulier le projet européen SubCULTron (essaim de 120 drones bio-inspirés immergés dans la lagune vénitienne pour capter et collecter des données sur les pollutions, la salinité, les courants ou la hauteur du marnage).

Retrouvez cette conférence en replay sur la chaîne Youtube de la Cité des Sciences et de l’Industrie (vidéo, 1h20).

Le projet TIRREX est lauréat de l’AMI EquipEx+

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement ont annoncé dans un communiqué de presse le 18/12/20 que le projet TIRREX (Technological Infrastructure for Robotics Research of Excellence) faisait partie des 50 lauréats (sur 135 dépôts) de l’appel à manifestations d’intérêt « équipements structurants pour la recherche – ESR / EquipEx+« .

TIRREX est le fruit de plusieurs années de recherche et de réflexion dans le domaine de la robotique. Il vise à développer de nouvelles plateformes emblématiques en robotique avec une coordination nationale pour leur accès et leur développement. Le projet rassemble tous les acteurs majeurs de la recherche académique française en robotique (CNRS, INRIA, CEA, INRAE) avec 19 partenaires. Il s’articule autour de 6 axes thématiques : Robotique humanoïde, Robotique XXL, Micro-Nano robotique, Robotique terrestre autonome, Robotique aérienne et Robotique médicale, et des axes transverses : Prototypage & Conception et Manipulation, conçus pour irriguer les axes thématiques. Amenant l’ouverture à un niveau jamais atteint en robotique, un 3ème axe transversal se concentrera sur l’infrastructure ouverte. Il vise à garantir, à normaliser l’accès et le caractère libre des données, des logiciels et des publications produites (FAIR data et logiciels open source).
Au-delà de l’intérêt scientifique de cette infrastructure pour la recherche en robotique, TIRREX s’appuie également sur le soutien de plus de cinquante entreprises ou réseaux d’entreprises, soulignant son intérêt économique majeur.

Le porteur local est Stéphane Caro, aidé de Benoit Furet.

Quelques données chiffrées :

Coût complet : 41,6M€
Aide demandée : 12,8M€ + 1M€ (8% FG) = 13,8M€
Apport : 27,8M€
19 partenaires (tutelles) dans le projet : 9 partenaires bénéficiant de fonds, 10 impliquant du personnels /et des cofinancements
23 laboratoires de recherches impliqués en tant que partenaires majeurs des plateformes
32 laboratoires partenaires de ce projet au total (23+9 autres) représentant 222 personnes (168 EC + 54 Ingénieurs) impliquées et potentiellement 750 utilisateurs en comptant les collègues.
Engagement de la part du CNRS et de l’INRIA sur les postes d’ingénieurs en développement du projet.
Soutiens :
26 de la Recherche (CNRS, CEA List, INRIA, GDR Robotique…)
15 de notre écosystème (Ministère des Armées, RobAgri, FFC Robotique…)
40 d’industriels (Airbus, Bouygues, Eiffage, PSA, Renault, Safran, Thales…)

La goélette Tara a quitté le port de Lorient samedi 12 décembre pour débuter sa mission « Microbiomes »

Durant 2 ans, l’équipage scientifique va étudier en Atlantique Sud le microbiome. Les micro-organismes marins ont un rôle majeur dans l’Océan, un rouage fondamental dans la grande machine climatique.

Pour plus d’informations sur l’expédition : https://microbiome.fondationtaraocean.org/

La mission Tara Microbiomes est une mission flagship du projet AtlantECO porté par l’équipe COMBI.

AtlantECO est un projet de recherche ambitieux financé par l’Union européenne pour explorer l’océan Atlantique afin de mieux connaître les régions sous-étudiées de l’Atlantique Sud (comparativement à l’Atlantique Nord). Le projet cartographiera les connaissances nouvelles et existantes sur les microbiomes trouvés dans les rivières, les eaux côtières, l’océan ouvert, les sédiments marins, les déchets plastiques et l’atmosphère. À l’aide d’approches génétiques, d’imagerie et environnementales de prochaine génération, AtlantECO développera des outils de diagnostic et des mesures pour évaluer l’état des microbiomes de l’Atlantique et de leurs services écosystémiques. Il déterminera comment les régions marines et leurs écosystèmes sont connectés en développant des modèles qui tiennent compte des processus dynamiques tels que les panaches fluviaux et la circulation océanique. Couplés aux scénarios climatiques futurs, ces modèles aideront à prédire la migration des espèces, la capacité de l’océan à capturer et stocker le dioxyde de carbone atmosphérique, le transport des polluants, et l’équilibre entre la santé des écosystèmes et les activités humaines.

Plus d’infos sur la page Facebook de la fondation : https://www.facebook.com/fondationtaraocean

Félicitations à Elaheh MALEKI (ancienne doctorante IS3P) pour son prix de thèse AFIS

Lors du Forum de L’AFIS (Association Française d’Ingénierie Système) qui s’est tenue les 9 et 10 décembre 2020, Elaleh Maleki s’est vue décerner un prix pour sa thèse remarquable sur des travaux autour de l’Ingénierie Système.

Ancienne doctorante au sein de l’équipe IS3P sous la responsabilité d’Alain BERNARD (directeur de thèse) et Farouk BELKADI (co-encadrant), Elaheh MALEKI avait soutenu sa thèse intitulée « Un modèle sémantique basé sur l’ingénierie des systèmes pour supporter le cycle de vie des systèmes « Produit-Service », en 2018.

Copyright : LS2N 2017 - Mentions Légales - 
 -