Home » Posts tagged "équipe IS3P"

NDW 2019, Fête de la Science, 80 ans du CNRS… Avancées du projet VESPACE

En ce début d’automne, Florent Laroche (équipe IS3P) et Paul François (doctorant) ont profité de plusieurs événements de diffusion de la culture scientifique et technique pour présenter la dernière version du projet VESPACE :

  • le 20 septembre à la Halle 6 pour la Nantes Digital Week
  • du 4 au 6 octobre au Musée des Confluences à Lyon pour la Fête de la Science
  • le 11 octobre au Château des Ducs de Bretagne pour une nocturne exceptionnelle Musée Tech.

Des avancées notables concernent le modèle virtuel lui-même et les capacités d’interaction offertes par l’expérience immersive

– Du point de vue du modèle d’abord, de nombreux détails ont été améliorés afin de se rapprocher d’une salle de spectacles de marionnettes fonctionnelle et réalisée : les éclairages sont plus détaillés et physiquement réalistes. Les coulisses du castelet où l’on jouait ont également été restitués.

Castelet

– Du point de vue de l’interaction, l’équipe est désormais capable d’afficher l’ensemble des sources qui ont servi à la restitution virtuelle de l’espace directement depuis l’expérience immersive. Contrairement à d’autres systèmes, le leur permet l’affichage complet des données contenues dans la base à partir des relations spatiales et/ou logiques entre les éléments de l’espace virtuel et ceux de la base. 
– Un meilleur suivi des expériences vécues par les chercheurs dans l’immersion virtuelle (suivi de la position, des commentaires et des actions) à des fins d’analyse est également possible.

Heatmap des positions préférées lors des visites

Une occasion pour découvrir ou redécouvrir la vidéo réalisée par le RFI OIC sur la chaîne Youtube du labo.

Journées d’étude ANR ReSeed : « Créer et transmettre : la fabrique numérique du patrimoine ! »

Dans le cadre du projet ANR www.reseed qui traite de la digitalisation du patrimoine, 2 journées d’études prospectives ont été organisées en 2018. Elles ont rassemblé près de 100 personnes sur des thématiques interdisciplinaires autour du thème : « Le numérique : outil d’étude de la valeur patrimoniale ! »
Les actes en vidéos sont ici : https://reseed.ls2n.fr/fr/productions/journees-detudes/

Cette année, les 2 journées d’études auront lieu les 17 et 18 octobre 2019 à l’Observatoire de Paris.
Le thème sera : « Créer et transmettre : la fabrique numérique du patrimoine ! »

Cette problématique vous questionne ? Vous le vivez dans votre quotidien au sein de votre domaine, de votre communauté ? Si vous souhaitez témoigner de votre expérience ou participer comme auditeur-acteur, vous êtes les bienvenus. Voir l’appel à communications.
Nous souhaitons ces 2 jours ouverts, en mode open-contribution de chercheurs et de professionnels.
 
Lieu : Salle Cassini – Observatoire de Paris – 75014 PARIS
Gratuité pour tous – communicants et auditeurs

Musée Tech – Nocturne au Château des Ducs de Bretagne

Dans le cadre de la Fête de la Sciences 2019, le Château des Ducs accueillera l’événement « Musée Tech » dans le cadre d’une nocturne dans les salles du château, vendredi 11 octobre de 18h à 22h.

S’appuyant sur un objet du musée et son usage, ou son image, des universitaires, des chercheurs ou des praticiens font un point sur l’actualité de leur domaine d’expertise.

Tout au long de la soirée, une vingtaine de « mini-conférences » de 6 minutes sont présentées entre quatre et cinq fois dans les salles du musée d’histoire. Avis aux esprits curieux et joueurs !

Nous retrouverons :

  • Paul François, doctorant au sein de l’équipe IS3P
  • Pascale Kuntz, professeure au sein de l’équipe DUKe.

Plus d’infos sur la soirée : http://www.chateaunantes.fr/fr/evenement/nocturne17

Journée DAHLIA : « Informatique et Humanités numériques : quelles problématiques pour quels domaines ? »

Les équipes DUKe et IS3P accueilleront le groupe de travail DAHLIA (Digital Humanities and cultural Heritage) le 28 juin 2019 dans l’amphi du bât. 34 sur le site de la FST.

Cette journée a pour objectif de permettre à la communauté cartographiée dans le cadre du groupe de travail de se retrouver, pour une deuxième journée d’échanges. De plus, cette journée devrait permettre aux étudiants en thèse de présenter leurs travaux. Dans le cadre de cet atelier, des travaux autours des humanités numériques et du patrimoine culturel seront présentés ; ces travaux idéalement devraient s’encadrer dans les thématiques d’EGC, notamment la gestion et l’analyse de données ou des connaissances provenant des SHS/patrimoine.

Un appel à communications est lancé avec un retour des résumés demandé pour le 15/06/2019.

Plus d’infos : http://dahlia.egc.asso.fr/journeeDAHLIA2019Nantes.html

Contact : Claudia Marinica – Claudia.Marinica@u-cergy.fr

Participation de l’équipe IS3P au salon CNRS Innovatives SHS

L’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS organise les 14 et 15 mai 2019 à Lille la quatrième édition d’Innovatives SHS, salon professionnel qui illustre la capacité des laboratoires en sciences humaines et sociales à répondre aux attentes de la société et à favoriser le transfert de leurs résultats de recherche vers les collectivités territoriales, le monde associatif, les grands groupes industriels et les PME-PMI.

L’équipe IS3P y présentera le projet NOMADHISS : NOuveau Mode d’Approche et de Découverte de l’Histoire par l’Immersion, le Sensible et le Sensoriel

Porté par la Maison des Sciences de l’Homme Lyon St-Etienne, le projet NOMADHISS a pour objectif de valoriser le patrimoine historique par sa restitution numérique en 5D. Interrogeant la perception sensorielle, il participe aux nouvelles tendances de la recherche en SHS : replacer l’Humain au centre de l’appréhension des faits et de leur apprentissage. NOMADHISS est applicable à la recherche, à la muséographie, à l’enseignement, à l’édition scientifique et pédagogique, à la sphère ludo-culturelle, etc. Les résultats des travaux sont développés sur smartphone.

Plus d’infos sur le site du projet : https://www.msh-lse.fr/projet/nomadhiss

Paul François (doctorant équipe IS3P) participe à la mission archéologique de Taposiris et Plinthine en Égypte

Contacté par la mission archéologique de Taposiris Plinthine en raison de ses précédents travaux de recherche sur le site archéologique de Belvoir au Proche-Orient (modélisation de plusieurs hypothèses de restitution d’une chapelle croisée), Paul François a rejoint une équipe de 19 chercheurs Français, Egyptiens et Italiens, 16 ouvriers de Louxor et 40 ouvriers locaux pour une campagne de 5 semaines à Taposiris, Plinthine et Rahim.

La mission, dirigée par Bérangère Redon, a pour objectif de comprendre l’organisation de deux centres urbains de l’époque Ptolémaïque, Romaine puis Byzantine en Égypte (de -300 à +700 environ), mais cette année des blocs datant de l’époque de Ramsès II ont été découverts. Il s’agit de mettre en évidence les infrastructures et la relation de ces deux sites avec le territoire : emplacement du port, des voies de circulation, de la relation avec la production agricole, morphologie de l’habitat, architecture du temple, etc.

A Plinthine, Paul doit visualiser la morphologie du Kôm (levée de terre) au travers du temps, avec un focus sur la production de vin, attestée dans la région à partir de la Troisième Période Intermédiaire (à partir de 1000 avant JC). Il y a en effet sur le site le plus vieux fouloir antique de la région. Il s’occupe donc de la production de relevés 3D (photogrammétrie) et 2D (relevé architectural) pour ensuite, en post-fouilles, modéliser l’ensemble à différentes époques.
Cette modélisation 3D s’inscrit dans les recherches de l’équipe IS3P sur le patrimoine concernant la modélisation des pratiques et espaces du passé.

Ces travaux se font avec le soutien de la commission des fouilles du MEAE, de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire, de l’Unité de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée : Histoire et Sources des Mondes Antiques à Lyon, et du fonds Arpamed (Archéologie et patrimoine en Méditerranée), grâce à un accord avec le Ministère des Antiquités égyptien.

Retrouvez en vidéo un aperçu d’une journée de fouilles en Egypte sur le compte Twitter de Paul François !

10 ans de l’Institut d’études avancées de Nantes – Table ronde « Culture numérique, culture humaniste »

L’IEA de Nantes a fêté ses 10 ans les jeudi 28 février et vendredi 1er mars 2019, à la Cité des Congrès.

Au cours de ces deux journées, les participants et les intervenants ont été invités à réfléchir aux grands enjeux et défis auxquels sont confrontées nos sociétés à travers une série de cinq tables rondes. Plus de cent chercheurs venus du monde entier, parmi les trois cents accueillis à l’Institut depuis sa création, étaient présents pour penser, ensemble, le monde autrement.

Paul François, architecte et doctorant au sein de l’équipe IS3P, est intervenu le 1er mars dans le cadre d’une table ronde consacrée à « Culture numérique, culture humaniste » : « L’enjeu de la réalité virtuelle et de la restitution de l’espace est de ne pas confondre l’hypothèse de la réalité. »

Plus d’infos en ligne.

Alain Bernard entre à l’Académie des Technologies

Alain Bernard (équipe IS3P) vient d’être élu comme membre de l’Académie des Technologies.
L’Académie des Technologies est une société savante qui a été officialisée en 2000  ; auparavant son périmètre d’action était couvert par le CADAS de l’Académie des Sciences. Chaque année, les membres de l’Académie ouvrent 16 nouvelles places (au moins deux fois plus de noms sont proposés que de places).

Alain Bernard sera intronisé officiellement le 11 mars 2019 à la Maison de la Chimie à Paris. Dans le futur, il intégrera certains groupes de travail.

Soutenance de thèse de Elaheh MALEKI (équipe IS3P)

Elaheh Malek, doctorante au sein de l’équipe IS3P, soutiendra sa thèse intitulée « Un modèle sémantique basé sur l’ingénierie des systèmes pour supporter le cycle de vie des Systèmes Produit-Service » / « A Systems Engineering-based semantic model to support Product-Service System life cycle »

vendredi 21 décembre 2018 à 10h, dans l’amphi du bâtiment S, sur le site de Centrale Nantes.

Ce travail fait partie du projet Européen ICP4Life (Une plate-forme collaborative intégrée pour la gestion du cycle de vie de l’ingénierie produit-service).

Jury : Alain BERNARD (directeur de thèse), Farouk BELKADI (co-directeur de thèse), Dimitris MOURTZIS (Professeur, Université de Patras,Grèce), Nadège TROUSSIER (Professeur, Université de Technologie de Troyes), Emmanuel CAILLAUD (Professeur, Université de Strasbourg), Lilia GZARA (Maitre de conférences, Institut National Polytechnique de Grenoble), Eric BONJOUR (Professeur, École nationale supérieure en génie des systèmes et innovation, Nancy), Xavier BOUCHER (Professeur, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne)

Résumé :
Les Systèmes Produit-Service (SPS) résultent d’une intégration de composants hétérogènes couvrant à la fois des aspects matériels et immatériels (mécanique, électrique, logiciel, processus, organisation, etc.). Le processus de développement d’un PSS est fortement collaboratif impliquant des acteurs métier très variés.
Ce caractère interdisciplinaire nécessite des référentiels sémantiques standardisés pour gérer la multitude des points de vue métier et faciliter l’intégration de tous les composants hétérogènes dans un système unique. Ceci est encore plus complexe dans le cas des PSS personnalisables, majoritaires dans le milieu industriel. Malgré les nombreuses méthodologies dans littérature, la gestion des processus de développement du SPS reste encore limitée face à cette complexité. Dans ce contexte, l’Ingénierie des systèmes (IS) pourrait être une solution avantageuse au regard de ses qualités bien prouvé pour la modélisation et la gestion de systèmes complexes.
Cette thèse vise à explorer le potentiel d’utilisation de l’Ingénierie des systèmes (IS) comme fondement conceptuel pour représenter d’une façon intégrée tous les différents points de vue métier associés au cycle de vie du SPS. Dans ce cadre, un méta-modèle de PSS est proposé et exemplifié dans des cas industriels. Un modèle ontologique est aussi présenté comme une application d’une partie des modèles pour structurer le référentiel commun de la plateforme ICP4Life.

*********

Abstract:
Product-service systems (PSS) result from the integration of heterogeneous components covering both tangible and intangible aspects (mechanical, electrical, software, process, organization, etc.). The process of developing PSS is highly collaborative involving a wide variety of stakeholders. This interdisciplinary nature requires standardized semantic repositories to handle the multitude of business views and facilitate the integration of all heterogeneous components into a single system. This is even more complex in the case of customizable PSS in the industrial sector. Despite the many methodologies in literature, the management of the development processes of the PSS is still limited to face this complexity. In this context, Systems Engineering (SE) could be an advantageous solution in terms of its proven qualities for the modelling and management of complex systems.
This thesis aims at exploring the potentials of Systems Engineering (SE) as a conceptual foundation to represent various different business perspectives associated with the life cycle of the PSS. In this context, a meta-model for PSS is proposed and verified in industrial cases. An ontological model is also presented as an application of a part of the model to structure the common repository of the ICP4Life platform.

Emission du Labo des Savoirs avec Pascale Kuntz et Florent Laroche

Pascale Kuntz (équipe DUKe) et Florent Laroche (équipe IS3P) interviendront mercredi 14 novembre 2018  à 19h dans l’émission de la radio associative Le Labo des savoirs intitulée « Dataquid comment faire parler les données ? »

Pitch :
Elles sont tout autour de nous, elles sont de nature très diverses et elles sont produites à l’heure actuelle en des quantités industrielles sans cesse croissantes. Elles, ce sont “les données”. Cela peut être des suppositions, constatations, probabilités, qui, étant indiscutables ou indiscutées, servent de base à une recherche, à un examen quelconque.
Pour tirer des informations de nos données, on entraîne des algorithmes à en digérer de grandes quantités. Mais on peut aussi chercher des moyens de représentation. Comment ces outils de visualisation permettent-ils aux chercheurs et chercheuses de travailler ? Comment sont-ils conçus ? Comment les améliorer ?

A écouter en direct sur la radio Prun’ 92 FM !

Copyright : LS2N 2017 - Mentions Légales - 
 -